D’autres choses… tableaux

Solange Magalhães, peintre : site présentant les œuvres de Solange Magalhães, mère de Caroline Magalhães. Solange Magalhães vit au Brésil

Solange Magalhães 1998 – Acrylique s/ papier – 0,50 X 0,70 m

007 Solange Magalhaes 1998 - Acrílico s: papel - 0,50 X 0,70 m......Acrylique s: papier - 0,50 X 0,70 m

Un tableau de José Cláudio, Engenho Massangana, 1985, représentant une maison dans le Nord-Est du Brésil, huile sur toile, Acervo Museu do Estado de Pernambuco (exposition à Rio, août 2015)

José Cláudio huile sur toile tableau Brésil Nord-EstEngenho Massangana, 1985 Acervo Museu do Estado de Pernambuco

 

 

 

Tableaux exposés au Centre Pompidou à Metz début janvier 2017 (Exposition « Entre deux horizons. Avant-gardes allemandes et françaises du Saarlandmuseum ») :

Photo : Vue depuis le Centre Pompidou à Metz

 

Christer Lundahl Symphony of a missing room 2014 photopolymère sur papier d’archivage édition n° 7/11 Collection de l’artiste

 

Auguste Renoir (1841 – 1919), Vue de Cagnes 1903-1905 Huile sur toile 37 x 49,5 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

Edgar Jené (1904 – 1984) Fugue de la mort (feuille 1 de la série « Fugue de la mort ») 1944 Plume et encre de Chine sur papier japonais, monté sur papier japonais 34 x 24,5 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

 

Edgar Jené (1904 – 1984) Les prisonniers 1945 Huile sur contreplaqué 62 x 74 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

 

Emil Nolde (1867 – 1956)

 

Hans Purrmann (1880 – 1966) Stilleben mit Römer und Weinkrug 1909 – 1910 Huile sur toile  x 54 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

 

Erich Heckel (1883 – 1970) Häuser im Zschonergrund (Dresden) 1909 Huile sur toile 76 x 79,8 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

Ce paysage de faubourg, peint par Erich Heckel dans le style distinctif de l’époque du groupe Brücke, se caractérise par une composition résolument plate et une touche fine et fluide. Exécuté avec rapidité, il est dominé par le contraste entre les prés, les arbres verts et la maison au toit d’un rouge éclatant. La vivacité et la diversité des couleurs témoignent de l’influence de la peinture des fauves.

Emil Nolde (1867 – 1956) Junge Ochsen 1905 Huile sur toile 69 x 89 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

Le plat pays du nord de l’Allemagne inspire souvent les compositions d’Emil Nolde. Ici, deux jeunes bœufs, peints dans une matière posée en couches épaisses par petites touches occupent puissamment l’espace pictural, dans un pré d’un vert saturé, face au ciel bleu. Le choix d’un motif simple et ordinaire, la monumentalité qui lui est conférée visent à exprimer la force primitive de la nature. Ce tableau figure dans l’exposition « Art dégénéré » de 1937.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emil Nolde (1867 – 1956) Duo 1949 Détrempe sur jute 101,5 x 74 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

Dans une ambiance nocturne et tamisée se détachent les visages et les membres lumineux de deux danseurs, dont les corps fusionnent en une pure résonance chromatique. La simplification des physionomies est poussée à l’extrême. Les personnages grotesques et caricaturaux ont leur place, depuis ses débuts, chez Emil Nolde, membre éphémère de Brücke, en 1906 – 1907, dont il rejettera plus tard le style uniforme et interchangeable.

 

Max Liebermann (1847 – 1935) Netzflickerinnen 1894 Eau forte pointe sèche et vernis mou sur papier, 22,5 x 30 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

 

Ludwig Meldner (1884 – 1966) Apokalyptische Landschaft (Spreehafen) 1913 Huile sur toile 81 x 116 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

Les paysages apocalyptiques de Ludwig Meldner, visions prémonitoires de la Première Guerre Mondiale, anticipent l’effondrement de l’Allemagne impériale. Fasciné par le motif de la métropole, l’artiste, en contact avec les hommes de lettres de l’expressionnisme, peint des jugements derniers et des fins du monde dans l’esprit de la dynamique picturale de Robert Delaunay et des futuristes italiens.

 

Lovis Corinth (1858 – 1925) Walchensee, Blick auf Wetterstein 1921 Huile sur toile 90,3 x 119,8

L’œuvre tardive de Lovis Corinth se rapproche de l‘expressionnisme à travers son esthétique de l’esquisse et son geste impulsif chargé d’émotion. Après un accident vasculaire cérébral en 1911, l’artiste se retire à Walchensee en Haute-Bavière. Il y peint une soixantaine de paysages de lacs et de rivières sur fond de montagnes, avec des conditions météorologiques et de luminosité changeantes, examinant sans cesse les rapports de tension entre le sujet et le monde.

 

 

Karl Otto Götz (né en 1914) Mymel 1960

 

Karl Hofer (1878 – 1955) Ansicht von Weißenkirchen 1920 – 1925 Huile sur toile 72,7 x 81,7 cm

Bien que peints dans le style sobre et froid de la Nouvelle Objectivité, plusieurs paysages urbains des années 1920 de Karl Hofer manifestent une certaine aspiration au romantisme. « Dégénéré » selon les autorités nazies, les œuvres de Hofer vont disparaître des musées nationaux. Cette Vue de Weißenkirchen, acquise par la Kunsthalle de Kiel, en 1925, connaît à partir de 1937 la longue odyssée des biens culturels séquestrés et vendus arbitrairement par les nazis.

 

Roger Bissière (1886 – 1964) Écriture rosée Vers 1960 Aquatinte en couleurs et réserves sur papier 36 x 45 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

 

Robert Delaunay (1885 – 1941) Saint Séverin 1909 Lithographie en couleurs sur papier 57 x 42 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

Marquée par une perspective désintégrée et des points de vue multiples, cette composition révèle l’influence grandissante du cubisme dans l’œuvre de Robert Delaunay. En outre, on entrevoit déjà, à travers les effets d’ombres et de lumière qui rythment la surface, une peinture toute de couleur et de lumière à venir : l’orphisme. Figure de l’avant-garde française, Delaunay entretient des relations étroites avec plusieurs peintres allemands, notamment du Blaue Reiter.

 

Max Liebermann (1847 – 1935) Wannseegarten – Haus und Terrasse nach Südwesten 1917 Huile sur toile 43,8 x 51,5 cm Sarrebrück, Saarlendmuseum

 

 

Publicités